Greenpeace tire la sonnette d’alarme sur la sécurité des centrales nucléaires

Un rapport d’experts indépendants démontre que les piscines d’entreposage du combustible usé des centrales nucléaires françaises et belges ne sont pas suffisamment protégées en cas d’attaque extérieure. Ce document, non public, est remis aujourd’hui aux autorités compétentes sur la sécurité nucléaire.

Des piscines du combustible usé fragiles car mal protégées

Greenpeace France a commandé un rapport à un panel de sept experts indépendants, (France, Allemagne, Royaume-Uni et États-Unis), spécialistes en sûreté nucléaire, en sécurité, en radioprotection ou encore en économie, afin de dresser un état des lieux de la sécurité des centrales nucléaires en France et en Belgique, ainsi que des mesures de renforcement associées.

Leur constat est sans appel : les piscines d’entreposage du combustible usé sont extrêmement fragiles face aux actes de malveillance. Ces parties sont pourtant les installations qui contiennent le plus de radioactivité dans les centrales nucléaires. En cas d’attaque extérieure, si une piscine est endommagée et que l’eau s’écoule, le combustible n’est plus refroidi. L’accident nucléaire se déclenche avec des conséquences radiologiques très graves.

Les populations européennes sont toutes concernées

« Avec 58 réacteurs nucléaires actuellement en fonctionnement sur le territoire français, ce sont 58 piscines d’entreposage du combustible usé qui sont extrêmement fragiles face à de possibles

...

La suite...

....

Lien source - http://feeds.feedburner.com/enerzine-lesdernieresbreves?format=xml -

- Catégorie - EnerZine.com

Vous aimerez aussi...

Translate »