Nobel d’économie: nous ne sommes pas des animaux rationnels

Au point de départ, nous ne sommes pas des animaux rationnels, ou des « acteurs rationnels » comme une vision dépassée de l’économie l’a longtemps défendu. Notre cerveau, parce qu’il suit la loi du moindre effort, va presque toujours privilégier la solution la plus simple, la décision la plus rapide, plutôt que de soupeser les avantages et les inconvénients. Ce qui nous met à la merci d’une habile stratégie de désinformation qui jonglerait avec nos émotions.

Mais ça nous met aussi à la merci d’une forme de « manipulation bienveillante », et c’est ce qu’a théorisé dans les années 1980 et 1990 l’économiste Richard Thaler, de l’Université de Chicago, Nobel d’économie 2017. En compagnie du juriste Cass Sunstein, il a fait connaître au grand public cette théorie du « coup de pouce » (en anglais, nudge) en 2008 dans l’ouvrage Nudge: Improving Decisions About Health, Wealth and Happiness.

L’idée derrière cette « manipulation bienveillante » est de transmettre aux gens une information qui les amènera à se poser eux-mêmes des questions, avant de prendre une décision. Par exemple :

  • on leur communique la consommation moyenne d’électricité dans leur quartier, dans l’espoir d’amener les plus énergivores à réduire leur consommation. Alors que la vision classique de l’économie aurait plutôt

    ...

    La suite...

    ....

    Lien source - http://www.sciencepresse.qc.ca/users/132/rss.xml -

    - Catégorie - Agence Science Presse

Vous aimerez aussi...

Translate »